Visite
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
o Louvre com a Bíblia
default.titre
default.titre
Subscreva à Newsletter !
www.louvrebible.org
Notícias
Pintura do Mês
O trabalho do mês
Livro do Mês
Artigo do Mês
Emplacement
Antiga Mesopotâmia
Mesopotâmia
Assíria Nínive
Arslan Tash, Barsip Til
Palácio de Dario, o Irã
Phoenicia Arábia Palmyra
Levante Síria costeira
Ugarit Byblos
Grand Sphynx Le Nil
Recreação O templo
Os sarcófagos
Múmia
Le Livro dos mortos
Os deuses
Reino Antigo e Novo
L écriture et les scribes
Sala de Campana
Sala des Bronzes
Sala das Cariátide
Arte Romana
Julio-Claudiana Período
Antiguidade tardia
Gália, África e Síria
Visita tem¡tica
Investigação por publicaões
Investigação por tema
Visite Fun
Sabia - 1
Sabia - 2
Sabia - 3
Apresentação
Saiba Mais
Commander le livre par Internet
Bon de commande ã imprimer
Contato
Bibliografia
Notas
Glossaire


A Bíblia, ou a incrível história de sobrevivência

 

Genocídio contra a Palavra de os guardas e decomposição dos suportes. Voltar sobre estas duas ameaças à sobrevivência da Bíblia. A Bíblia, transmitida com exatidão!

                   
L’histoire fait état de plusieurs tentatives de génocides dirigés contre les gardiens de la Parole, les Juifs puis les Chrétiens. Aux jours de Moïse, Pharaon ordonna que l’on mette à mort tous les nouveau-nés israélites de sexe masculin. Si cet ordre avait été exécuté, le peuple hébreu aurait disparu. - Exode 1:15-22
           
 
Moïse sauvé des eaux   OA 6086
 
Troisième pièce de la tenture
de L’Ancien Testament,
d’après Simon Vouet, exécutée
pour Louis XIII, pour le palais
du Louvre Vers 1630
 
Paris, Marque de Raphaël
de la Planche
 
Tapisserie, laine et soie
  
Richelieu 1er étage Effiat salle 32

Génocides contre les gardiens de la Parole

Des siècles plus tard, lorsque les Juifs sont passés sous la domination perse, leurs adversaires mené par Aman ont tramé la promulgation d’une loi encore destinée à les exterminer. La fête juive des Pourim commémore encore aujourd’hui l’échec de ce complot (Esther 3:1-15). Plus tard encore, tandis que les Juifs étaient assujettis à la Syrie, le roi Antiochos IV mit tout en œuvre pour les helléniser. Pour lui aussi ce fut l’échec. Les Juifs ne furent ni exterminés, ni assimilés : ils survécurent. Et avec eux survécurent les Écritures hébraïques.
                   
   
                   
  Le Triomphe de Mardochée inv 8219. Jean-François de TROY, vers 1739.
A cheval et revêtu du manteau royal, Mardochée, qui avait jadis sauvé Assuérus d’une conspiration fatale, est conduit en triomphe par son ennemi Aman.
C’est Aman lui-même qui, croyant que l’hommage lui était destiné,
avait préparé cette mise en scène glorieuse.
 
     
Ces persécutions et ces tentatives de génocide ont compromit la survie de la Bible. Si les Juifs avaient connu le même sort que les Philistins ou les Moabites, si les efforts des autorités juives puis romaines avaient abouti, qui donc aurait écrit et préservé la Bible? Mais fort heureusement, les gardiens de la Bible, les Juifs puis les chrétiens, ne disparurent pas ; et avec eux le Livre survécut.
     
L’Inquisition espagnole naquit en 1478
par une bulle papale de Sixte IV
à la demande des souverains Ferdinand
et Isabelle. Elle fut instituée pour combattre
les marranes, des juifs qui feignaient de se convertir au catholicisme pour échapper
à la persécution, les morisques, adeptes
de l’Islam convertis au catholicisme pour
la même raison, et les hérétiques espagnols.
 
Trente ans après l’invention de l’imprimerie, l’Inquisition sévissait avec une terrible
efficacité en Espagne. C’est à cause
de la Bible que des martyrs sont été livrés
aux flammes du supplice.

Néron transforma certains chrétiens
en lumières du monde. Mais les rues des
villes européennes étaient embrasées
par les autodafés de Bibles.
 
Malgré les efforts acharnés pour faire
disparaître les Bibles destinées au peuple,
de nombreux exemplaires échappèrent
à la destruction.
 
 

Le Pape Sixte IV
           MI 644
 
Juste de GAND

Richelieu 2è Pays-Bas salle 4

Survie, malgré la décomposition des supports

L’une des plus grandes menaces à la préservation du texte n’a pas été le feu soudain de la persécution, mais le lent processus de décomposition. Copistes et rédacteurs ont consigné les messages inspirés sur des supports périssables, comme le papyrus ou le cuir. Aucun des écrits originaux n’a encore été découvert. Mais des milliers de copies de portions de livres bibliques ont été retrouvées.  AA171
                   
 
 La survie de la Parole
est d’autant plus extraordinaire

compte tenu de ce qui est arrivé aux écrits de nations contemporaines d’Israël.
   

L’une des plus grandes menaces à la préservation
du texte n’a pas été le feu soudain de la persécution,
mais le lent processus
de décomposition des supports de l’écrit.

 
                   
  Que sont devenus

les documents anciens

des Phéniciens, Égyptiens

ou Romains ?
   

Durant les 300 ans séparant
le règne d’Auguste de celui
de Dioclétien 225 millions
de récépissés établis sur
papyrus auraient été émis.
Seuls deux documents lisibles
ont été retrouvés.
 
 
                   
La survie de la Parole est d’autant plus extraordinaire compte tenu de ce qui est arrivé aux écrits de nations contemporaines d’Israël. Les Phéniciens par exemple. La plupart des papyrus sur lesquels ils écrivaient se sont décomposés et nos connaissances sur eux proviennent avant tout des récits, forcément partiaux, de leurs ennemis. Il semble qu’ils aient produit une littérature abondante, mais on en a perdu toute trace dès l’Antiquité. Les Égyptiens sont renommés pour avoir fait du papyrus un support d’écriture.  On pense que 99 % de tous les papyrus écrits entre environ 3000 av. J-C et l’avènement de l’époque gréco-romaine se sont complètement décomposés. Et les papyrus romains ? Un exemple. Un récépissé de la solde des soldats romains était établi sur papyrus. Durant les 300 ans séparant le règne d’Auguste de celui de Dioclétien 225 millions de récépissés auraient été émis. Combien ont survécu ? Seuls deux documents lisibles ont été retrouvés.  AA170
                   
 
 Pourquoi si peu de papyrus

anciens ont-ils subsisté ?
   

La multiplication des
copies a permis
la préservation du texte

 
   
Pourquoi si peu de papyrus anciens ont-ils subsisté? Les matériaux périssables, tels le papyrus et un autre support d’écriture courant, le cuir, se décomposent rapidement sous les climats humides. Ils n’ont donc guère de chance de se conserver que s’ils sont dans un désert aride et dans une grotte ou un abri. Les livres bibliques originaux ont été rédigés de toute évidence sur des matériaux aussi fragiles que ceux dont se servaient les Phéniciens, les Égyptiens et les Romains. Mais alors, pourquoi le texte de la Bible a-t-il survécu pour devenir le livre le plus publié du monde ? L’une raison des raisons est que les écrits originaux ont été copiés de très nombreuses fois, même pendant la période biblique. La multiplication des copies a permis la préservation du texte.  AA171
                   
 
Le couvent de Sainte - Catherine

inv 3689                 Adrien DAUZATS

 
Sully 2è étage salle 71
 
 
Ce tableau est un souvenir de voyage
réalisé par l’artiste en 1830.
Le monastère n’a pas de porte :
on y accède hissé dans un panier
par une haute lucarne.
 
C’est dans ce monastère niché
au pied du djebel Mousa, identifié
au mont Sinaï, que fut découvert au IVè siècle un manuscrit biblique connu
aujourd’hui sous le nom de Codex Sinaiticus. Il s’agit de l’une des plus anciennes copies complètes connues
des Écritures grecques.  AA167

Sopherim et Massorètes

Au VIe siècle av.n.è, des scribes juifs, les sopherim, sont devenus les dépositaires du texte de la Bible hébraïque. Ils avaient aussi la responsabilité de faire des copies des Écritures à l’usage du culte tant public que privé. Ces hommes très consciencieux et de métier ont produit un travail de la plus haute qualité. Du VIIe au Xe siècle de notre ère, ils eurent pour héritiers les massorètes (d’un mot hébreu signifiant “tradition”). La tâche essentielle de ces scribes consistait à préserver le texte hébreu traditionnel. Hommes très méticuleux, ils étaient tenus de n’utiliser comme modèle qu’un texte dont l’authenticité était correctement établie, et il ne lui était pas permis d’écrire quoi que ce soit de mémoire. Il devait de surcroît vérifier chaque lettre avant de la reproduire. Cette méthode manuelle comportait néanmoins le risque qu’une erreur se retrouve dans chaque nouvelle copie. Et comment savoir aujourd’hui, après que des milliers de copies du texte ont été faites, si la Bible n’a pas été complétement défigurée ?   AA172
                   
 
On ne dira jamais assez que, substantiellement, le texte
de la Bible est sûr
 
Sir Frederic Kenyon
   

Comment savoir aujourd’hui,
après que des milliers
de copies du texte
ont été faites,
si la Bible n’a pas été
complètement défigurée ?

 
 
     
Parchemin inscrit en copte
E 9970  
 
Évangile Luc, 7, 12b-22b. 
Écriture onciale de type biblique.
 
Sully salle 6 vit 3.1
 
 
« L’herbe sèche, la fleur se fane,

mais la parole de notre Dieu

subsistera toujours !»
 
 - 1 Pierre 1:24,25 TOB 2010
 
                   
Les biblistes sont d’avis qu’aucune autre œuvre de l’Antiquité n’a été transmise avec autant d’exactitude. Au sujet des Écritures grecques chrétiennes, Sir Frederic Kenyon a fait remarquer que l’intervalle qui sépare la date de rédaction des manuscrits originaux de celle des documents les plus anciens que nous possédions devient si minime qu’il est en fait négligeable et que les dernières raisons permettant de laisser subsister un doute sur l’intégrité du texte qui nous est parvenu s’en trouvent désormais dissipées. L’authenticité et l’intégrité générale des livres du Nouveau Testament peuvent être considérées comme établies. On ne dira jamais assez que, substantiellement, le texte de la Bible est sûr. On ne peut en dire autant d’aucun autre livre de l’Antiquité.

La Bible, transmise avec exactitude

 

Aucune autre œuvre
de l’Antiquité n’a été transmise
avec autant d’exactitude
que le texte de la Bible.

    “Le peu d’altérations que
le texte a subi dans une période
de près de mille années
provoque vraiment la surprise.”
 
                   
 
   Le texte de notre Bible

 est-il sûr ?
   

Les biblistes modernes
nous donnent toute raison
de croire que la Bible nous
est parvenue pratiquement
sans la moindre altération.

 
 
La première traduction connue des Écritures hébraïques est la Septante grecque. Réalisée à l’intention des Juifs parlant grec qui vivaient hors de Palestine, elle a été achevée environ deux siècles avant le ministère terrestre de Jésus. Parlant des conséquences de tels soins scrupuleux, le bibliste Hort a déclaré : “L’immense majorité des mots du Nouveau Testament sont au-dessus de tout processus discriminant de la critique, parce qu’ils sont exempts de variantes et sont à transcrire tels quels. Si on fait abstraction des variations insignifiantes, nous sommes d’avis que le nombre de mots qui soulèvent encore des doutes ne peut guère représenter que la millième partie de tout le Nouveau Testament.” Le professeur Millar Burrows a fait cette remarque à propos des manuscrits de la mer Morte: “Le peu d’altérations que le texte a subi dans une période de près de mille années provoque vraiment la surprise.”
                   
 

Saint Jérôme en méditation

 
inv 1691      Georg PENCZ    détail
 
Richelieu 2è Pays germaniques salle 8

Jérôme travailla à la traduction latine
de la Bible à partir des textes hébreu
et grec originels de 390 à 405 de n.è.
La Vulgate a d’abord été rédigée
dans le latin commun de l’époque.

Cette version a fourni le texte de base
à une foule de traducteurs catholiques.
 
L’étude des manuscrits anciens est une véritable science qui devient chaque année plus exacte. Si elle est faite sur une base sûre et d’une manière impartiale, toute nouvelle traduction de la Bible ne peut être que plus pure et plus exacte. Les biblistes modernes nous donnent toute raison de croire que la Bible nous est parvenue pratiquement sans la moindre altération.

Et le fait que la Bible ait survécu à tous ces dangers atteste la véracité de cette déclaration de Pierre, divinement inspirée : « L’herbe sèche et la fleur tombe, mais la parole du Seigneur subsiste éternellement. » - 1 Pierre 1:24,25 Segond 21
                   
                   
                   
                   
                   
                   
                   

 





Acesso à visita ràpida

Acesso à visita guiada

Antiguidades orientais    Departamento antiguidades orientais
Antiguidades egípcias    Departamento antiguidades egípcias
Antiguidades romana    Departamento antiguidades romana