Visite
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
o Louvre com a Bíblia
default.titre
default.titre
Subscreva à Newsletter !
www.louvrebible.org
Notícias
Pintura do Mês
O trabalho do mês
Livro do Mês
Artigo do Mês
Emplacement
Antiga Mesopotâmia
Mesopotâmia
Assíria Nínive
Arslan Tash, Barsip Til
Palácio de Dario, o Irã
Phoenicia Arábia Palmyra
Levante Síria costeira
Ugarit Byblos
Grand Sphynx Le Nil
Recreação O templo
Os sarcófagos
Múmia
Le Livro dos mortos
Os deuses
Reino Antigo e Novo
L écriture et les scribes
Sala de Campana
Sala des Bronzes
Sala das Cariátide
Arte Romana
Julio-Claudiana Período
Antiguidade tardia
Gália, África e Síria
Visita tem¡tica
Investigação por publicaões
Investigação por tema
Visite Fun
Sabia - 1
Sabia - 2
Sabia - 3
Apresentação
Saiba Mais
Commander le livre par Internet
Bon de commande ã imprimer
Contato
Bibliografia
Notas
Glossaire


Le mythe d'Osiris ou la version égyptienne d'Abel et Caïn
                           
Le premier livre de la Bible, la Genèse, retrace le début de l'humanité. L'un des tout premiers récits fondateurs, relaté au chapitre IV , raconte l'histoire de deux frères ennemis. Il est intéressant de noter que le mythe osirien est similaire à l'histoire biblique de Caïn et d'Abel.
 
Comment expliquer les similitudes de ce que Mircea Eliade définit comme une « œuvre fondatrice de l’imaginaire occidental » qui renvoie au temps « primordial » et aux « fabuleux des commencements »? Et que dire de ces coïncidences troublantes que l'on retrouvent aussi dans d'autres cultures et traditions ? Une origine commune, décrite dans la Genèse, et la quête de l'immortalité en lien avec le premier mensonge sont une explication plausible. Analyse de la question à travers les textes et les salles.

Le mythe d'Osiris

La progéniture de Nout, déesse du Ciel et de Geb, dieu de la Terre, compte 3 hommes : Osiris, l'aîné des fils, Seth et Horus l'ancien et 2 femmes, Isis et Nephhtys qui s'entraident dans leur amour commun pour Osiris.

Osiris et Seth étaient frères. Seth est l'antithèse de son frère. Il est fauteur de troubles quand Osiris est pacificateur. Il rend le désert aride alors qu'Osiris est le dieu de la fertilité. Jaloux d'Osiris, Seth son frère cadet, l'assassine, coupe son corps en morceaux qu'il renferme dans un coffre et jette à la mer. Après de multiples recherches, Isis retrouve le corps de son mari et frère. Et par ses larmes et ses baisers elle ranime son cadavre et engendre un fils, Horus. Le martyre d'Osiris lui vaut de gagner le monde de l'au-delà dont il devient le souverain et le juge suprême des lois de Maât. La légende faisait aborder à Byblos le corps d'Osiris. AA284
                           
Osiris sur sa couche
funèbre
Diorite noire
 
Musée égyptien
du Caire
 
Moyen empire,
13ème dynastie
Osiris, Mystères engloutis d'Égypte
 
Exposition
Institut Monde Arabe
Paris

février 2016
                           
Isis, sous la forme d'oiselle, est posée sur le membre viril de son frère et sera fécondée par lui - mort, mais le sexe en érection est réanimé par les battements d'ailes de sa sœur-épouse. Horus naitra de cet accouplement. A chaque coin, des faucons en l'honneur d'Horus, le vengeur de son père.
                           
Le réveil d'Osiris
Musée égyptien
du Caire
 
Osiris se réveille
et se redresse.
Son visage d'une dignité intemporelle
est coiffé d'une
couronne en
métal précieux.
Osiris, Mystères engloutis d'Égypte

 
Exposition
Institut Monde Arabe

Paris

février 2016
                           
<    Morceau de cercueil avec Isis
pleurant
 AF 258
Sully rdc salle 18 vit 1
 
Quand elle veille le cadavre
de son frère, Isis est représentée
comme Nephthys sa soeur,
sous l'aspect d'une pleureuse
se lamentant les bras levés au ciel
 
Le dieu Osiris entre son fils Horus,
à tête de faucon, et un roi    >
 
 A 12    Sully salle 12

Le pharaon régnant était considéré
comme un dieu, et pas simplement
comme leur représentant.
Il était l’incarnation du dieu à tête de
faucon Horus, successeur d’Osiris.

Les mystères d'Osiris

Au cours d'une brève union posthume naît Horus, futur pharaon. Osiris devient le souverain de l'au-delà où il juge les défunts. Le mythe, évoqué par l'historien grec Plutarque au 2° siècle n'est pas véritablement décrit dans les sources égyptiennes. Mais sa triade O. I. H figure de façon abondamment illustrée sur les peintures et sculptures.  AA285
                           
Hymne à Osiris   

C 286   

Sully
salle 13 vitrine 9
 


 
Hymne d'Imenmès,
chef des troupeaux d'Amon
18e dynastie,

1550 - 1295 avant J.-C.

calcaire


Un des plus anciens
textes égyptiens à
faire des allusions
précises à la
légende d'Osiris

Ce très populaire
dieu des morts
symbolise le cycle
de la végétation
qui meurt sous
les eaux du Nil
et renaît après
la décrue.


Cette idée
de renouvellement
permet à la figure
d’Osiris
de devenir garante
 de la résurrection
des âmes dans l’au-delà.



Osiris a été identifié
au dieu grec Dionysos
et au dieu babylonien
Tammuz AR6
                           
Osiris fonde la croyance religieuse en l'existence d'un au-delà, puisque confronté à la mort, il en triomphe. Le mythe offre un modèle à la société égyptienne. La divinité civilisatrice aux commandes du royaume avait enseigné aux hommes l'agriculture, leur avait donné les lois, enseigné la paix. Seth leur infligeait la mort, incarnait le désordre. Horus ne va cesser de le combattre pour venger son père, lui succède et restaure l'ordre social et politique. Chaque année les mystères d'Osiris étaient célébrés pour assurer la perpétuation de cet indispensable mythe réunificateur.
 
Pendant la fête, qui durait une vingtaine de jours, les prêtres d'Isis célébraient la gloire et la victoire d'Osiris et rejouaient les épisodes du drame. Ces simulacres restaient confinés dans le secret des temples. Les pharaons l'encouragent car les Mystères apportent des preuves de leur légitimité.  AA286
                           
 

Osiris fonde la croyance
religieuse en l'existence
d'un au-delà,
puisque confronté à la mort,
 il en triomphe
 
   
Le concept
d'une âme immortelle,
un trait commun
aux
mythologies du monde entier
 

Le récit biblique du meurtre d'Abel

 

On retrouve le récit au chapitre 4 versets 1 à 8 du livre de la Genèse.  "Adam eut des relations conjugales avec sa femme Eve. Elle tomba enceinte et mit au monde Caïn. Elle dit: « J'ai donné vie à un homme avec l'aide de l'Eternel. » Elle mit encore au monde le frère de Caïn, Abel. Abel fut berger et Caïn fut cultivateur. Au bout de quelque temps, Caïn fit une offrande des produits de la terre à l'Eternel. De son côté, Abel en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L'Eternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande, mais pas sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité et il arbora un air sombre. L'Eternel dit à Caïn: « Pourquoi es-tu irrité et pourquoi arbores-tu un air sombre? Certainement, si tu agis bien, tu te relèveras. Si en revanche tu agis mal, le péché est couché à la porte et ses désirs se portent vers toi, mais c'est à toi de dominer sur lui. » Cependant, Caïn dit à son frère Abel: « Allons dans les champs» et, alors qu'ils étaient dans les champs, il se jeta sur lui et le tua.. " - Bible Segond 21

 
                           
Caïn a été regardé comme le type des persécuteurs des justes. Jésus-Christ le dit assez clairement en Matthieu 23:35 et Luc 11:51. Ces paroles du Christ, témoin oculaire céleste, sont pour le chrétien l'argument suprême en faveur d'un événement réel et non mythique. Il est question de Caïn dans trois passages du NT, Hébreux 11:4, 1 Jean 3:12 et Jude 11. Abel est le premier cité dans la longue liste d'Hébreux 11. L'apôtre Paul parle aussi du sang d'Abel en Hébreux 12:24.
                           
 
<    Plaque :

sacrifice de Caïn et Abel;
Meurtre    OA 4052
 
Salerne

Richelieu salle 2

                           
Abel expirant   >

MN 80
 
Jean Baptiste Stouf

Richelieu Rdc salle 25


Voir aussi : Assiette Caïn tue Abel
OA 6195 Jean Miette
Richelieu 1er étge salle 20

 
                           
Le lecteur de la Bible ne sera pas surpris par les similitudes et coïncidences avec ce récit de la Genèse. Le récit biblique de la rivalité fratricide dans le livre de la Genèse en évoque d'autres présentes sur tous les continents, ce qui laisse penser qu'elle a une origine très ancienne.

Similitudes et Différences

Nout et Geb
 
Osiris, Seth et Horus

Isis et Nephhtys

 
Parents & Fratrie :
 
Trois frères
 
Une Sœur - Épouse
 
Adam et Eve
 
Caïn, Abel Seth
Adam, père de fils et de filles (Genèse 5:4)
                           
       
Rivalité fratricide et jalousie
       
                           
 

Satan
&

Premier Mensonge

Première mention
de la mort
dans la Bible
YHWH &

Ordre divin
 
                           
 
" Vous ne mourrez absolument pas "

Genèse 3:1-5

    " Le jour où tu en mangeras,
tu mourras à coup sûr." 
- Genèse 2:17
                           
       

La mort :
contraire de la vie, ou  
passage à une autre forme de vie  ?
 
       
                           
Le mythe et sa diffusion  => La quête de l'immortalité    Une âme est mortelle  <=  La vérité biblique

Des frères rivaux dans plusieurs civilisations

Le récit biblique de la rivalité fratricide dans le livre de la Genèse en évoque d'autres présentes sur tous les continents, ce qui laisse penser qu'elle a une origine très ancienne. AA287 Ancré structurellement dans l'histoire culturelle de l'humanité, le récit biblique de Caïn et d'Abel se manifeste dans la série interminable des échos du motif dans la mythologie des différentes cultures et traditions, babylonienne AA288 (Tammouz et Ishtar), persane AA289  (Ahriman et Ahura Mazda), égyptienne (Seth et Osiris), romaine AA290 (Romulus et Remus) et grecque (Etéocle et Polynice). AA291
                           
   
                           
Sphinx affrontés et globe ailé
Emblème de Ahura-Mazda
Sb 3324-25 Sully salle 12
 
Urne cinéraire Cp 3755 Cuve :
duel entre Étéocle et Polynice
Denon Rdc salle 20 vit 3
 
Romulus et Rémus. Pierre
de CORTONE , Vers 1643
Denon 1er Gde Galerie salle 12
                           
Des les premiers contacts avec la terre de pharaons, les Grecs identifient les dieux de l'Egypte à leurs propres dieux. Osiris est assimilé à Dionysos. Sérapis, dieu des morts, de la fertilité, protecteur des marins et guérisseur, est inventé par Ptolémée, qui disait en avoir rêvé. C'est une synthèse des dieux égyptiens Osiris et Apis mais qui intègre les dieux grecs Zeus, Hades et PoséIdon. Un tel syncrétisme favorisait la conciliation religieuse. Le taureau sacré Apis, image du dieu Ptah, était un animal vivant, élevé dans le temple de Memphis. Quand il venait à mourir, il était inhumé selon un rituel précis. Sa momification et ses funérailles rappellent en tout point celles d'Osiris.
                           
Les rapprochements entre
les légendes des dieux
ont facilité leur assimilation. Tous deux
démembrés, tous deux
revenus à la vie,
tous deux rois porteur
de civilisation.

Au dire d'Hérodote,
leurs fêtes
étaient similaires.

Dans la région canonique,
près d'Alexandrie, c'étaient
les " phallophories ",
joueuses processions
où de grands phallus
en bois étaient
présentés aux foules.
   
Tête de Sérapis
au cathalos
 
Musée des antiquités
de la Bibliotheca alexandrina
 
Le couvre chef,
dit cathalos est initialement une mesure
à grain. Symbole
de fertilité, décoré
de rameaux d'olivier,
il devient l'attribut
de ce dieu.
 
 
Osiris, Mystères engloutis d'Égypte. Exposition Institut
Monde Arabe Paris, février 2016

L’immortalité de l’âme : naissance de la doctrine

L'humanité a toujours tenté d'établir une chaîne ininterrompue entre les vivants et les morts. La mort était considérée par les théologiens chaldéens comme le passage à une autre forme de vie. La croyance en une vie après la mort était au centre de la religion égyptienne. AE32

Les Égyptiens croyaient que l’âme du défunt serait jugée par Osiris, le dieu principal du monde souterrain. C’est aussi un produit de l’esprit grec, qui doit son élaboration et son développement dans la pensée occidentale au philosophe Platon, tandis que l’espérance d’une résurrection appartient à la pensée juive. Ce concept d'une âme immortelle est un trait commun aux mythologies du monde entier.  AA12

La notion de l’immortalité de l’âme n’est pas biblique. Les termes originaux employés dans les Ecritures (héb. nèphèsh ; gr. psukhê) utilisés à propos des créatures terrestres désignent toujours ce qui est matériel, tangible, visible et mortel.

Une explication possible ?

Il est intéressant de noter la lumière que fait la Bible sur l’origine possible des différents mythes. Selon Genèse 6:1-13, avant le déluge des fils angéliques de Dieu vinrent sur la terre. Ils engendrèrent les Nephilim ou ‘ Tombeurs ’. A cause de cette union contre nature de créatures spirituelles et d’humains, la terre se remplit d’immoralité et de violence (Jude 6; 2 Pierre 2:4). Les écrits attribués à Homère et à Hésiode sont peut-être le reflet amplifié, embelli et dénaturé du récit que rapporte la Genèse. Ces légendes parlent des amours adultères de ces  innombrables dieux et déesses de forme humaine, de grande beauté mais au caractère souvent violent et cruel. Autre parallèle étonnant : en plus des dieux principaux, il est fait mention de demi-dieux, doués d’une force supra-humaine mais mortels. Ressemblance frappante avec les Nephilim du texte biblique.
 
« Dans les panthéons grec et romain, comme dans le panthéon chaldéen, on reconnaît le même groupement général, et souvent la même succession généalogique. La ressemblance est trop étendue pour que cette coïncidence soit le fait du pur hasard. » AR26 Remarquant aussi cette correspondance fondamentale, l’orientaliste E. Speiser AR27 fait remonter le thème des mythes grecs jusqu’en Mésopotamie. Là où se trouvait justement Babylone et l’endroit d’où les humains se dispersèrent après la confusion du langage. – Genèse 11:1-9.

Concernant ces peuples du passé, on retrouve partout des coïncidences les plus surprenantes dans les rites, les fêtes populaires, les traditions ainsi que dans les relations avec les dieux. Tous ces peuples ont pu puiser leurs conceptions religieuses à une source commune. Ces traits communs peuvent trouver leur explication biblique dans la dispersion des humains à partir de Babylone.
 
Et si la finalité de ce premier mensonge n'était pas aussi de faire croire que le récit biblique de la Genèse n'était qu'une fable …




Acesso à visita ràpida

Acesso à visita guiada

Antiguidades orientais    Departamento antiguidades orientais
Antiguidades egípcias    Departamento antiguidades egípcias
Antiguidades romana    Departamento antiguidades romana