Visite
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
o Louvre com a Bíblia
default.titre
default.titre
Subscreva à Newsletter !
www.louvrebible.org
Notícias
Pintura do Mês
O trabalho do mês
Livro do Mês
Artigo do Mês
Emplacement
Antiga Mesopotâmia
Mesopotâmia
Assíria Nínive
Arslan Tash, Barsip Til
Palácio de Dario, o Irã
Phoenicia Arábia Palmyra
Levante Síria costeira
Ugarit Byblos
Grand Sphynx Le Nil
Recreação O templo
Os sarcófagos
Múmia
Le Livro dos mortos
Os deuses
Reino Antigo e Novo
L écriture et les scribes
Sala de Campana
Sala des Bronzes
Sala das Cariátide
Arte Romana
Julio-Claudiana Período
Antiguidade tardia
Gália, África e Síria
Visita tem¡tica
Investigação por publicaões
Investigação por tema
Visite Fun
Sabia - 1
Sabia - 2
Sabia - 3
Apresentação
Saiba Mais
Commander le livre par Internet
Bon de commande ã imprimer
Contato
Bibliografia
Notas
Glossaire



Tradução de Google
Saint Georges, saint Michel et le dragon
 
La vie de saint Georges, martyr chrétien, est faite de légendes et de traditions. Les faits concernant saint Michel, ou Mikaël l’archange, sont réels et tirés du récit biblique. La scène la plus souvent représentée au musée du Louvre est celle où ils terrassent le dragon.
           
 
Saint Georges luttant
avec le dragon            Inv 609
 
 
Raffaello SANTI, dit RAPHAËL
 
 
Denon 1er étage
Grande Galerie salle 5
 
Peut-être peint pour le
duc d’Urbin, Guidobaldo da Montefeltre, en 1503 - 1505,
sans doute peu avant une autre version du même sujet (Washington, National Gallery of Art).
 
Il fut très tôt associé au Petit Saint Michel (INV. 608) avec lequel il était présenté en diptyque dans la collection de Mazarin avant de passer dans la collection de Louis XIV.
           
Saint Georges, fêté le 23 avril, est traditionnellement représenté en armure à cheval, souvent blanc, ayant un dragon à ses pieds. Il porte une lance - souvent brisée - à la main et une bannière d’argent à la croix de gueules (c’est-à-dire blanche à croix rouge), couleurs qui furent celles des croisés et devient celles du drapeau national de l’Angleterre. AA115
           
Combat de saint Georges
contre le dragon
 
RF 2381
 
 
Richelieu 2ème étage
 
XVè siècle Salle 7
 
 
 
Ce tableau a été parfois attribué à Hans Baldung Grien, à Hinrich Funhof et au Maître du Hausbuch.
 

Saint Georges est l’allégorie de la victoire de la Foi sur le Démon

représenté dans le dernier livre de la Bible ou Apocalypse sous la forme d’un dragon.

On le distingue de saint Michel car dans l’iconographie l’archange est ailé.

           
" Un jour, sur son cheval blanc, saint Georges traverse une cité terrorisée par un redoutable dragon qui dévore tous les animaux de la contrée et exige des habitants un tribut quotidien de deux jeunes gens tirés au sort. Georges arrive le jour où le sort tombe sur la fille du roi, au moment où celle-ci va être victime du monstre. Georges engage avec le dragon un combat acharné ; avec l’aide du Christ et après un signe de croix, il le transperce de sa lance. La princesse est délivrée et le dragon la suit comme un chien fidèle jusqu’à la cité. Les habitants de la ville ayant accepté de se convertir au christianisme et de recevoir le baptême, Georges tue le dragon d’un coup de cimeterre. "
           
Saint-Georges
combattant le dragon
 
ou Persée délivrant Andromède
 
RF 1396
 
 
Eugène DELACROIX      1847
 
 
Sully 2ème étage
 
Salle 72
 
           
Le combat de saint Georges et du dragon peut être vu comme une version chrétienne du mythe de Persée délivrant la princesse Andromède tuant le monstre marin auquel elle était offerte en sacrifice pour qu’il cesse de ravager le pays. L’égyptologue Ch. Desroches Noblecourt  AA116 a aussi proposé une origine égyptienne probable à cette légende, montrant ainsi le rôle primordial joué par les Romains dans la transmission et la transformation des images et des thèmes originaux. La transformation s’est poursuivie. Les premiers esclaves africains ont mêlé leurs rites à ceux du catholicisme brésilien. C’est ainsi que dans le culte vaudou Ogum, le dieu de la guerre, est devenu saint Georges…
           
 
Horus cavalier                    E 4850
 
Denon
 
Galerie d’art copte salle B
 
Les héritages égyptien
et gréco-romain sont
harmonieusement unis
dans cette image copte de transition
qui rappelle saint Georges transperçant
le dragon.
 
Sur cette sculpture, le dieu Horus, reconnaissable à sa tête de faucon,
vêtu en légionnaire, terrasse ici non
plus l’hippopotame mais le crocodile nilotique, symbole du mal.
           
Mikaël est le seul saint ange, excepté Gabriel, nommé dans la Bible et le seul appelé “ archange ”. La première mention de ce nom figure dans le livre Daniel (10:13), où Mikaël est présenté comme “ un des principaux princes ”. Jude 9 dit que “ Mikaël l’archange eut un différend avec le Diable et qu’il discutait au sujet du corps de Moïse ”.
           
 
Saint Michel terrassant le démon,
dit Le Grand Saint Michel
 
Inv 610
 
 
Raffaello SANTI, dit RAPHAËL
  
 
Denon 1er étage
 
Grande Galerie Salle 8

  
Commandé en 1518 par le pape
Léon X à l’intention de François Ier,
à qui il fut offert quelques mois
plus tard par le neveu du pape,
Lorenzo de’ Medici, dans le cadre
des échanges diplomatiques qui
scellaient l’alliance récente du roi de France avec la papauté.
 
 
Le thème de l’archange saint Michel terrassant le démon est une flatterie
à l’égard de l’Ordre de Saint Michel,
dont le roi était grand-maître et
dont l’existence même était le gage
de l’union de la France et de l’Église, renouvelée à cette date pour
lutter contre les Turcs.  ww.louvre.fr
           
« Il y eut une guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent le dragon. Le dragon  combattit, lui et ses anges […] Il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, […] sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. »
Apocalypse 12 : 7-9 Segond, Bible à la Colombe
 
 
Michel ou Mikaël
 
 « Qui est comme Dieu ? »
 
 
           
 
Saint Michel terrassant le démon,
dit le Petit Saint Michel
 
 
Inv 608
  
Raffaello SANTI, dit RAPHAËL
 
 
Denon 1er étage
 
Grande Galerie salle 5


Peut-être peint pour le duc d’Urbin, Guidobaldo da Montefeltre,

vers 1503 - 1505,
en même temps que le Saint Georges combattant le dragon (INV. 609)
auquel il est toujours resté associé.
           
Le témoignage des Écritures indique que Mikaël était le nom du Fils de Dieu avant qu’il ne quitte le ciel pour devenir Jésus Christ et qu’il l’a été aussi après son retour. Seul Mikaël est appelé “ l’archange ”, mot qui signifie “ ange en chef ” ou “ ange principal ”. Ce terme n’existe qu’au singulier dans la Bible. Cela laisse supposer que Dieu n’a désigné qu’un seul chef de l’armée angélique.

En reprenant son nom céleste, Mikaël, et son titre (ou nom), “ La Parole de Dieu ” (Révélation 19:13), Jésus établit le lien avec son existence préhumaine. Le nom même de Mikaël, qui pose la question “ Qui est comme Dieu ? ” montre que Dieu est sans égal et que son archange Mikaël est son grand Champion ou Défenseur. 
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           

 





Acesso à visita ràpida

Acesso à visita guiada

Antiguidades orientais    Departamento antiguidades orientais
Antiguidades egípcias    Departamento antiguidades egípcias
Antiguidades romana    Departamento antiguidades romana